Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Moteurs

Yannick Oito, donner une seconde vie aux matériels

Publié le 9 décembre 2021

À l’entrée des tout nouveaux locaux de SORAM à Taunoa, Yannick nous attend. L’odeur de peinture encore fraîche se mêle à celle de l’équipement neuf. Entre deux imprimantes, dans l’atelier de reconditionnement, Yannick amorce. Hommes de Polynésie s’invite, l’instant d’une matinée, dans le parcours naissant de Yannick Oito.

Dans le Fa’a’apu de Vaiare

L’agriculture, Yannick connaît bien, il a gambadé dans les champs toute son enfance. 

« J’ai grandi dans la fa’a’apu familial. On cultivait surtout des ananas, du taro et beaucoup d’autre fruits et légumes. On ne manquait de rien. »

Il le dit avec un ton mélancolique, car, suite à des problèmes de terre, leur domaine de Vaiare n’est plus exploité.

« L’agriculture, c’est comme un héritage. Mon grand-père souhaitait qu’on reprenne, mais voilà. Peut-être que je recommencerais plus tard. »

Le reconditionnement, une philosophie

SORAM a pour vocation de proposer des solutions à ses partenaires, ses clients, ses collaborateurs mais aussi en son sein. Yannick est l’homme de toutes les situations.

« On s’adapte beaucoup aux besoins de nos clients. On n’aime pas dire non. S’il faut une grue pour livrer un traceur1 au 2ème étage d’un bâtiment, on s’en occupe. »

Dans l’atelier, Yannick, démonte, répare et nettoie les pièces pour redonner vie à du matériel délaissé.

« Soit on essaye de réparer la machine, soit nous récupérons les pièces pour éventuellement les réutiliser, on reste dans le recyclage. »

En donnant une deuxième vie aux matériels, Yannick participe à la mise en place d’une économie circulaire et cela contribue à générer de l’emploi localement.

Et les machines prêtes à l’emploi fonctionnent parfaitement. Grâce au reconditionnement, SORAM s’inscrit dans la continuité d’une politique de développement durable. Compte tenu de la rapide évolution des technologies, privilégier le reconditionnement des équipements, pour permettre la prolongation de leur durée de vie tout en protégeant l’environnement, est un pari gagnant pour tous.
Aujourd’hui, de grandes enseignes comme Darty ou La Fnac en métropole ont adopté cette attitude.

« D’une certaine manière, on leur redonne vie avec une qualité conservée et améliorée. »

Les chiffres l’attestent avec près de 400kg de CO² économisé par matériel. Au-delà de l’aspect environnemental, SORAM développe le professionnalisme et les compétences de ses employés.

« Grâce à l’aide du fond paritaire et à la volonté de mon entreprise, j’ai pu faire beaucoup de formations comme le cléA2 ou des formations techniques en France. J’ai également obtenu mon permis de conduire et le permis CACES.  J’admire mon patron, car il est dans le métier depuis près de 30 ans et il nous pousse à toujours aller plus loin. »

Yannick nous avoue qu’auparavant, il n’aurait jamais pensé faire autre chose que de l’agriculture. Il souligne avec bienveillance que tout a un temps. Aujourd’hui, travailler chez SORAM est une réalité que Yannick adore. Il se forme et évolue dans une équipe qu’il apprécie.

« Il faut vivre ses rêves. Continuer son chemin, doucement mais sûrement. »

1 Principalement utilisé dans les professions techniques nécessitant une précision du trait et des documents de qualité en grand format.

2 Certificat de Connaissances et de Compétences Professionnelles.

Niuhiti Gerbier

Rédacteur

©Photos : Niuhiti Gerbier pour Hommes de Polynésie

Pour plus de renseignements

Zuckoo

Site internet

Facebook

À découvrir également :

Partagez Maintenant !

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir du contenu de qualité

* En cliquant sur VALIDER, nous attestons que l'adresse mail ne sera utilisée que pour diffuser notre newsletter et que vous pourrez à tout moment annuler votre abonnement.