Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Sport

Heitini Pifao : L’haltérophilie entre principes et idéologies

Publié le 16 décembre 2021

Le matin se lève sur Mahina et Hommes de Polynésie rencontre Heitini, un jeune sportif spécialisé dans l’haltérophilie. Les pieds déchaussés, nous suivons ses pas sur les tatamis assemblés, à l’orée des rayons se glissant à travers la porte entrouverte. À califourchon sur le banc, nous l’écoutons et nous nous laissons emporter par l’énergie envahissante de cette jeunesse d’espoir.

LA NAISSANCE D’UN SPORTIF

Dès sa plus tendre enfance, Heitini nage dans les bains glacés de l’univers sportif avec un père passionné.

« Je suis arrivé dans le crossfit grâce à mon père. J’ai toujours suivi ses traces. J’ai fait 7 ans de natation, puis je me suis mis au fitness. Quand il s’est lancé dans le crossfit je l’ai suivi et j’ai pris mon envol. »

En 1ère année au lycée hôtelier en BTS management d’hôtellerie et de restauration, il allie études et passion avec dextérité.

« Les jours d’école, je m’entraîne tôt le matin dès 3h30, sinon après les cours jusqu’à 19h. »

À peine âgé de 19 ans, il se lance éperdument dans sa passion, conscient de l’importance de préserver ses études.

« Je ne veux pas lâcher les études car il faut avoir une issue de secours. Si tu te blesses dans le sport, c’est compliqué de continuer. »

Naguère à tâtons, il se redécouvre dans le crossfit, tout particulièrement dans l’haltérophilie.

« Depuis que je me suis spécialisé en haltérophilie, les charges montent énormément, j’ai plus de confiance en moi. »

L'HALTÉROPHILIE, UNE PASSION

L’écho du crossfit résonne depuis 2019 et cette voix depuis 6 mois incite le jeune Heitini à se perfectionner. Il commence les compétitions fédérales en 2020.

« À la compétition du 27 novembre, j’ai fait les meilleures performances de la journée avec un 122kg à l’arraché et un 145kg en épaulé-jeté. »

Imprégné de l’âme d’un conquérant, il travaille comme un opiniâtre pour atteindre ses objectifs.

« Le samedi 18 décembre 2021, il y a les championnats de Polynésie à la salle de la Punaruu, je m’entraîne pour ce week-end-là. »

Avec un entourage familial et des coachs à ses soins pour le suivre et l’encourager, sa volonté de toujours faire mieux est un hymne à la réussite mais aussi un accomplissement de soi lors des compétitions.

« C’est plusieurs mois et années de travail pour un mouvement ou deux que tu réalises en 30 secondes, c’est très satisfaisant et ça te donne la force d’aller chercher plus haut. »

Ses objectifs à terme : être qualifié pour les Mini Jeux, puis participer aux Jeux du Pacifique et s’envoler à l’international, pour porter les couleurs de l’île qui l’a vu naître.

ENTRE PHILOSOPHIE ET MAÎTRISE

Force d’entraînement où la sueur se mêle aux cris d’enthousiasme, Heitini nous apprend du haut de sa jeune vie d’adulte, des valeurs d’une maturité grandissante.

« J’ai beaucoup grandi grâce au sport, autant mentalement que physiquement. J’ai des objectifs au-delà des études et pour moi, c’est très important de faire quelque chose que l’on aime. »

Parfois, l’écho d’une voix interne défaitiste résonne, mais Heitini se bat contre elle, conscient de sa présence et de son importance. 

« Il y a des périodes où tu perds la motivation et c’est normal. Tu te poses aussi des questions, pourquoi tu as commencé, est-ce que tu veux continuer dans ce sport ? Et la réponse est oui ! Donc tu retournes à l’entraînement. »

Un écho propre à l’humain qui, lorsqu’il est compris et soutenu, dépasse toutes les espérances.

« Quand je n’étais pas suivi, je stagnais pendant de longs moments parce que je croyais que porter du lourd était suffisant. Les coachs nous donnent un mental prêt à tout et nous font comprendre qu’il est normal de rater, il ne faut pas s’en vouloir à soi, il faut s’aimer et accepter. Échouer fait partie du processus et ce n’est pas grave. »

Son cœur bat en rythme avec sa passion, grandit de plus en plus, transcendant ses acquis, l’amenant à des réussites personnelles satisfaisantes, nonobstant que le repos soit une force indéniable.

« Parfois dans le sport on a l’impression que plus on s’entraîne, plus on devient fort, alors que non. Il faut compter sur beaucoup de repos, ça fait partie de l’entraînement, même si c’est dur pour nous. »

Il est temps de quitter Heitini, dont l’accueil chaleureux est représentatif de la salle, conviviale et familiale.

« Si tu hésites, il faut venir au moins t’entraîner une fois, tu seras bien encadré, surtout ici. Et ce sport t’apportera non seulement de la confiance en toi, mais te permettra aussi de découvrir une autre facette de ta personnalité car certaines personnes ont une force méconnue. »

Manutea Rambaud

Rédactrice

©Photos : Manutea Rambaud pour Hommes de Polynésie

Pour plus de renseignements

Suivez la compétition du championnat de Polynésie à la salle de la Punaruu samedi 18 décembre 2021.

Facebook

À découvrir également :

Partagez Maintenant !


Assurance Axa Polynésie

 



 

Hommes de Polynésie Instagram

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir du contenu de qualité

* En cliquant sur VALIDER, nous attestons que l'adresse mail ne sera utilisée que pour diffuser notre newsletter et que vous pourrez à tout moment annuler votre abonnement.