Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Évasion

Hiva, le goût de l’aventure

Publié le 15 mars 2022

Son CV est rempli de « trous », de vides remplis de voyages. Des blancs comblés d’expériences de vie. Il s’appelle Hiva, il a 29 ans. Un prénom qui parle de son île : Tahiti. Quant à son nom de famille Otcenasek, il nous emmène à 16 000 kilomètres d’ici, en République tchèque, là où est né son arrière-grand-père. Il y a quatre ans, Hiva découvre Prague, la ville de son ancêtre. À ce moment-là, le virus du voyage l’a déjà saisi. Hommes de Polynésie rencontre un jeune homme curieux, volontaire, avide d’aventures, et sportif depuis toujours.

DÉPART

Dans sa famille, Hiva est le seul pourvu d’ailes grandissant sur son épine dorsale. Elles commencent à s’agiter en 2015, Hiva a 22 ans et découvre avec un ami la Nouvelle-Zélande. Premier déclic sur cette liberté et ouverture d’esprit qu’offre le voyage. Puis tout s’enchaîne rapidement : l’année suivante, Hiva se rend à Paris pour son travail, c’est un coup de cœur pour la capitale française.

2017, quatre voyages aux États-Unis, dont l’un professionnel. 2018, le jour de l’anniversaire de sa mère, il annonce à sa famille qu’il part. Il vient de démissionner d’un cabinet d’expert comptable réputé. C’est un pas difficile pour Hiva, qui se voit pourtant encouragé par son patron, l’un des seuls à le comprendre.

VOYAGE ET FESTIVALS

Mais ses ailes frétillent et le portent bientôt vers la France, à Montpellier. Après un court contrat comme comptable, Hiva part en Hongrie. 

 

Si l’on survolait la zone, on apercevrait des milliers de taches colorées posées sur le bleu du Danube. Des tentes, des milliers de tentes. L’île Óbuda à Budapest mesure 1 km2 et accueille 500 000 personnes pour une semaine. Hiva passe sept jours et sept nuits au Sziget Festival. Des concerts simultanés sur de multiples scènes des plus grands artistes du moment. Des animations artistiques variées. Les participants, issus d’une centaine de nationalités différentes, se regroupent autour du même amour de la musique dans un esprit festif et pacifique. Une expérience puissante et intense.

 

Hiva poursuit son voyage à Amsterdam, à Prague, puis retourne en France pour surfer sur les vagues de l’océan Atlantique à Hossegor.

 

Après un retour de deux mois à Tahiti, Hiva revient à Montpellier. Son amour du voyage n’entache pas son professionnalisme : il retrouve rapidement du travail dans une grosse société française, mais toujours en contrat à durée déterminée selon son désir. Puis il retourne à Amsterdam, découvre la ville parée de couleurs arc-en-ciel, et comprend qu’il vient d’atterrir en pleine Gay Pride1. Durant trois jours il se mêle à la foule, aux festivités, à l’engouement général. La fête se poursuit pour lui en Hongrie pour son deuxième Sziget Festival.

« Sur un coup de tête, je m’envole pour le Maroc et me retrouve au centre de Marrakech où les habitants me font visiter des lieux habituellement inconnus des touristes.  »

Il découvre l’île de Mykonos en Grèce, un séjour inoubliable. De retour à Montpellier, Hiva est embauché dans un groupe hôtelier français. En fin d’année, retour à Tahiti pour les fêtes. Hiva a prévu un bref séjour pour ensuite s’installer en France.

UNE VIE DE SPORT

Début 2020. Le virus du Covid-19 arrive et bouleverse tous les plans de Hiva. Le jeune homme s’engage comme comptable à la Marina Taina et dès que possible se ressource en nature. Là où il se sent bien, là où il a passé son enfance : dehors, libre et heureux.

« J’aime me retrouver en nature. J’aime la solitude. Et quand je cours, je laisse vagabonder mes pensées, je refais ma vie.  »

Dès l’adolescence, Hiva pratique le bodyboard, la course à pieds, concourt à plusieurs cross, pratique divers sports de combat et la musculation. Mais son sport de prédilection, c’est le basket. Depuis l’âge de 14 ans, Hiva fait partie d’un club, et avec l’équipe des Cadets, il arrive par deux fois en finale du Championnat de Polynésie. Quand je retrouve Hiva à la sortie du bureau,  il s’entraîne au basket dans la marina. Entre deux passes, il revient sur son voyage en Europe.

« Ce sont les deux plus belles années de ma vie ! Le voyage m’a fait grandir, m’a ouvert l’esprit, m’a rendu confiant comme jamais et m’a aussi appris une certaine humilité.
C’était une expérience extraordinaire ! »

Hiva est un jeune homme qui s’adapte. Les ailes dans son dos, c’est aussi pour voler vers de nouveaux projets. Il rêve toujours de voyage, de partir avec sa compagne, mais évoque d’autres défis et aventures pour satisfaire son insatiable curiosité naturelle. Car l’essentiel pour lui, c’est d’avancer, et le plus librement possible.

¹Aussi appelé Marche des Fiertés, c’est un événement festif permettant de revendiquer des droits et de visibiliser les personnes LGBT+.

Doris Ramseyer

Rédactrice

©Photos : Doris Ramseyer et Hiva Otcenasek pour Hommes de Polynésie

À découvrir également :

Partagez Maintenant !

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir du contenu de qualité

* En cliquant sur VALIDER, nous attestons que l'adresse mail ne sera utilisée que pour diffuser notre newsletter et que vous pourrez à tout moment annuler votre abonnement.