Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • Ecouteurs sans fil et montre pour l'achat du Note10 ou Note10+

Geek

Henry, le petit poucet écolo-geek du fenua

Publié le 2 juillet 2020

Entrepreneur incubé dans la promo#4 de Prism Tahiti, Henry Médeau est le concepteur d’un jeu mobile éco-responsable qui plante des arbres : SeedOut Fenua. Hommes de Polynésie a rencontré cet écolo-geek qui nous parle de conscience sociale et solidaire made in fenua.

 

L’arbre qui annonce la forêt

Depuis qu’il a foulé la terre du fenua pour la première fois, Henry n’a qu’un objectif en tête : apporter sa pierre au marae des projets qui ont du sens. Cette volonté a pris la forme de SeedOut Fenua, un jeu vidéo mobile qui permettra de replanter des arbres et du corail. En réalité virtuelle, mais aussi dans la vie réelle : un arbre virtuel planté représentera un arbre réel financé. Une nouvelle expérience de reforestation avec comme partenaires l’école Poly 3D1, ATN et le territoire, pour espérer très vite soutenir des associations locales comme « Un enfant, un arbre, un corail »2, Manu Sop, ou encore Tamarii Pointe des Pêcheurs 3.

Lui qui arrive en Polynésie en janvier 2019 sent tout de suite qu’il est fortement lié à cette terre, qu’il en partage ses valeurs, ses espérances et une certaine vision de la vie.

“Depuis, il n’y a pas eu un moment où on a eu envie de repartir. Les bringues, les chants, les danses, la culture, le sourire des gens, ça réveille quelque chose, ça remue. On se sent connectés, équilibrés. Dans l’âme, je me sens bien davantage Polynésien que métropolitain.”

Startup Show : présentation des projets PRISM, décembre 2019, Crédit photo : Prism Tahiti

SeedOut Fenua, petite graine deviendra grande

Ce « nous », c’est lui et sa femme Blandine, d’un soutien indéfectible dans cette expérience d’entrepreneur éco-citoyen. Le fait de se sentir bien en Polynésie a donné l’envie à Henry de s’impliquer localement en réfléchissant à un projet innovant qui ait du sens.

“Aujourd’hui, j’assume ce cheminement, maintenant que je me sens bien, à ma place.”

Pitch devant les entreprises du Club EPER, mars 2020,Crédit photo : Prism Tahiti

Après un passage par une première action associative en Nouvelle-Calédonie où il a appris le suivi des tortues marines et a même construit ses propres toilettes sèches et douches, puis par une distillerie de Niaouli, Henry débarque dans un bureau d’études où il découvre la modélisation 3D.

De retour en France, il devient concepteur-réalisateur de jeux vidéo et crée des expériences en réalité virtuelle pour des projets immobiliers.

“Je me suis dit, c’est ça que je veux faire. Mais je courais après l’argent, je n’étais pas vraiment motivé par le côté commercial. Je n’ai donc gardé que l’aspect artistique de la réalité virtuelle.”

Henry offre une plante à Annick Girardin, ministre des Outre-mer lors d’une rencontre organisée par Prism Tahiti, février 2020, Crédit photo : Prism Tahiti

Le projet de vie qui fait « clic »

Il lance alors un premier projet de jeu mobile avorté qui lui laissera un goût de reviens-y. Puis, il y a un an, il assiste aux conférences TEDx Papeete sur le thème « Sortir de sa zone de confort ».

“Et là c’est le déclic, je me dis ‘vas-y’. Il y a certes des risques mais je suis soutenu, c’est le principal. Aujourd’hui, si SeedOut Fenua existe, c’est aussi grâce à Prism Tahiti et l’école Poly 3D. Sans ces acteurs locaux, partenaires, associations, ce projet ne serait pas ce qu’il est désormais.”

Les qualités de ce projet lui ont valu non seulement d’obtenir des premiers soutiens du territoire mais d’être parmi les finalistes sélectionnés du concours innovation outre-mer à la station F à Paris fin 2019.

Startup Show : présentation des projets PRISM, décembre 2019, Crédit photo : Prism Tahiti

Avec la participation de 4 stagiaires de Poly 3D, il développe actuellement l’univers graphique de SeedOut Fenua. Car Henry veut contribuer à améliorer notre éco-système. Il souhaite par exemple alimenter ces futurs serveurs informatiques avec des panneaux solaires. Ses inspirations ? Il souhaite suivre le même chemin qu’Ecosia, une entreprise sociale et solidaire qui reverse une grande partie de ses bénéfices pour planter des arbres et qui en est aujourd’hui à 100 millions d’arbres plantés.

Mais pour l’instant, il présente son premier prototype, « We AR4 fenua », lors de différents événements à venir : la vente éphémère positive et éco-responsable « Évasion », Ti’a Fenua Eco durable, mais également l’exposition collective d’art contemporain « Mona Lisa TAPA tout dit ».

Validation des éléments graphiques du jeu avec les élèves de l'école Poly3D de la CCISM (Sara, Hi'ilei, Vaiarii, Naiki) / juillet 2020. ©Photos: Philippe Martin

« Faire l’objet d’un portrait pour Hommes de Polynésie, c’est quelque chose de fort pour moi. Se dire qu’on fait partie de la Polynésie, c’est une fierté, ça évoque beaucoup de choses depuis mon arrivée, on y vit tellement de choses » exprime Henry, avec enthousiasme et émotion.

Vaea D.
Rédactrice web

© Photos : Henry Medeau, PRISM Tahiti

pour plus de renseignements

Évasion, vente éphémère positive et éco-responsable

Showroom Concrètement design, vallée de Hamuta, Pirae

Vendredi 3 juillet 2020, de 12 heures à 18 heures

Samedi 4 juillet 2020, de 8 heures à 18 heures

FACEBOOK

SITE INTERNET

Partagez Maintenant !