Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Sport

Enzo Bennett, du Stand Up paddle au haut niveau

Publié le 13 février 2020

Avant même d’entendre parler du stand up paddle, Enzo était déjà mordu de sport. Football, va’a, volley, taekwondo, boxe, la liste est longue des disciplines auxquelles il s’est frotté avant de trouver planche à son pied. Et cette planche lui a plutôt très bien réussi, puisque ses premiers rides en SUP1  l’ont propulsé en moins de deux ans au sommet de la vague internationale. Grâce à son palmarès fulgurant, ce jeune Polynésien est devenu le challenger n°4 pour la 6e édition des Trophées du Sport, qui se déroule ce soir, jeudi 13 février à la Maison de la culture, mais aussi en direct sur Polynésie la 1ère. Hommes de Polynésie revient sur le parcours d’un dieu des planches 

BERCÉ DANS LE SPORT

Si Enzo est si fondu de sports en tous genres, c’est quelque part la tradition familiale qui veut ça : mère athlète, père et grand-frère footballeur, il a de qui tenir. Mais après avoir essayé pas moins de 7 disciplines sans déclic, voilà qu’il tombe finalement sous le charme du stand up paddle. Après avoir débuté en va’a, il est initié au SUP par Georges Cronsteadt il y a 8 ans et n’a plus jamais décroché depuis. Il y a deux ans, il perce à l’international, et l’engrenage est lancé.

“En stand up paddle, tu rames debout sur une planche de 14 pieds. Ce qui m’a le plus séduit, c’est que c’est un sport mixte : tu rames, tu cours, tu portes.”

En quelques années à peine, ce sport connait une progression fulgurante en Polynésie. Quant à Enzo, il se métamorphose en surfant sur la beauté des lagons polynésiens, que ce soit à Tahiti pour le Air France Festival, à Huahine pour le Waterman ou encore à Raiatea pour la Raiatea glisse Festival.

“Suite à mes classements, je parcours la Grèce, les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Espagne, la France, la Caroline du Nord et New-York aux Etats-Unis, sans oublier le Japon. Moi qui n’avais jamais quitté le fenua auparavant, je le vis comme une chance inouïe de découvrir d’autres horizons.”

UNE ASCENSION REMARQUABLE

En moins de deux ans, il acquiert la maturité sportive et mentale nécessaire pour se classer 14e au classement mondial en 2018, puis 8e l’année suivante, et rien de moins que 3e à l’Eurotour. L’occasion de s’installer à l’étranger se présente, mais il refuse de troquer le Pacifique Sud pour vivre en Allemagne.

“Mon meilleur souvenir à l’étranger ? En Crète, où j’assure la seconde place face à l’élite mondiale. Après la compétition nous avons toujours une journée off, et j’ai pu découvrir les environs, me promener, admirer les points de vue sur la ville, et visiter un musée.”

Et puis cet autre souvenir encore où, de passage pour une race2 à Miami, il participe à une initiation au SUP d’enfants handicapés. “C’était fort.”

Il y a à peine quelques jours, il participe aux 24 heures de rame non-stop aux côtés de membres de sa famille pour dire “non” au cancer de leur grand-mère, Mama Moetua. Et il peut en être fier.

TROPHEES DU SPORT ET AUTRES PROJETS

En 2020, Enzo se projette à nouveau dans le va’a, avec pour objectif la Hawaiki Nui et la Molokai.

Également sélectionné pour les SUP awards, plus prestigieux, il apprécie particulièrement que les Trophées du sport ici soient à l’origine de la promotion du sport auprès de la jeunesse.

“Dès que j’ai su pour ma nomination, j’en ai tout de suite parlé à ma famille. Mais je ne suis pas quelqu’un qui incite les gens, je laisse vraiment faire les choses. Et puis, je sais que tout le monde a du mérite…”

1 Abréviation pour Stand Up Paddle

2 Course

Vaea D.

Rédactrice Web

© Photos : Enzo Bennett

Partagez Maintenant !