Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Sport

Hauarii, la plénitude par le tir à l’arc

Publié le 11 décembre 2020

Tirer des flèches n’est pas réservé qu’à la chasse ou à la guerre… c’est un sport noble aux bienfaits réels pour l’esprit, qui soude toute une fédération dans un esprit familial. Hauarii, secrétaire général de la FTTA (Fédération Tahitienne du Tir à l’Arc) et président du « Pirae Te’a Club », en témoigne pour Hommes de Polynésie.

 

LE TIR A L’ARC : UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Hauarii est un Polynésien métissé. Son père est demi-Tahitien et demi-Allemand, et sa mère demi-Tahitienne et demi-Française. Il a un grand-frère et une petite sœur.

Tout le monde goûtera au tir à l’arc grâce au chef de famille qui en est passionné. Pour Hauarii, c’est vers l’âge de 3 ans qu’il tire sa 1ère flèche et à 6 ans qu’il participe à sa première compétition.

« Mon père faisait du tir à l’arc depuis qu’il a 25 ans, avant même ma naissance. […] Inévitablement, il a souhaité que ses enfants, sans pour autant nous forcer, puissent en faire avec lui. »

Ado, il pratique de nombreux sports, mais le tir à l’arc était et reste son vrai sport.

Sa mère les poussait, lui et son frère, à aller s’entrainer avec leur père. A l’époque, le jeune garçon n’en voyait pas vraiment l’utilité. Devenu adulte, il est reconnaissant envers ses parents pour l’avoir motivé et transmis cette passion :

« Si je suis mordu aujourd’hui par cette discipline, c’est bien grâce à mon père. Parce que c’est sa passion. Et parce qu’il m’a tout appris. »

Aujourd’hui en couple, il a transmis son savoir à sa compagne et souhaite pouvoir en faire de même à sa petite fille de 11 mois.

Des compétitions, Hauarii en a eues ! Citons en exemple les jeux du Pacifique en Nouvelle-Calédonie de 2011 (2 médailles d’or et 2 médailles d’argent) et les Jeux Océaniens de Tonga (1 médaille d’argent).

Hauarii pratique le tir à l’arc depuis maintenant 29 ans !

LE « PIRAE TE’A CLUB » ET LA FEDERATION : UNE FAMILLE

Hauarii crée le « Pirae Te’a Club » il y a 6 ans, pour que la FTTA puisse continuer d’exister.

« Pour qu’une fédération existe, il faut au minimum trois clubs, et il s’avère qu’à ce moment-là, deux des trois clubs existants ont dû fermer. »

Hauarii devient président de ce club pour sauver sa passion, fonction qu’il porte à merveille.

«Aujourd’hui, quelle est ma légitimité en tant que président ? C’est mon savoir, ma connaissance du sport. C’est mes années de pratique. »

Le club et la Fédération sont plus qu’une hiérarchie rigide : ce sont de forts liens de cohésion qui créent une atmosphère familiale.

« On est une famille, parce qu’on fonctionne tous ensemble dans cet esprit de confiance. »

Hauarii a la casquette pour prendre les décisions, mais avant cela, tout le monde a son mot à dire.

« On fonctionne tous ensemble. On réfléchit ensemble. En fait, c’est comme ça qu’on travaille dans le « Pirae Te’a Club ». Et c’est également comme ça qu’on travaille dans la Fédération. »

LE TIR A L’ARC, « UNE MEDITATION EN MOUVEMENT »

Le grand principe du tir à l’arc : exécuter exactement le même geste de la première à la dernière flèche.

« Comme le dit tout le temps Didier Gras, président de la Fédération Tahitienne du Tir à l’Arc,  il faut non pas tirer 144 flèches, mais tirer une flèche 144 fois. »

Pour cela, l’archer doit s’ancrer dans l’instant présent, afin d’exécuter « le geste parfait » :

« Ne penser à rien d’autre. Le travail que tu dois faire, il est au bureau. Il restera au bureau. Toi, tu es avec ton arc. Tu as juste à te concentrer dessus. »

Ce sport aide ainsi beaucoup d’amateurs à vivre le moment présent et procure beaucoup de plénitude à Hauarii. Cet état d’esprit imprègne même sa famille:

 

« Mes parents ont toujours eu une approche de la vie très sereine, très posée. On vit d’abord dans l’amour d’autrui avant de vivre pour soi. Ça, c’est une éducation que je retrouve dans la fédération, et qui finalement, m’a suivi toute ma vie. »

Un message à faire passer ? Une pensée de son arrière-grand-père :

 

« La vie est parfaite comme elle est. On peut se dire d’un point de vue égocentrique que telle ou telle chose ne va pas. Mais si on prend du recul et qu’on regarde la globalité de l’univers, les choses sont faites de manière parfaite. Tout ce qu’il faut, c’est trouver et comprendre pourquoi elles sont faites comme ça.»

Joachim Laugeon
Rédacteur web

© Photos : Hauarii pour Hommes de Polynésie

pour plus de renseignements

FTTA – Fédération Tahitienne de Tir à l’Arc
 
Horaires
Mercredi & Samedi : 14:00-15:30

Site internet

Zuckoo

FACEBOOK

Partagez Maintenant !