Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Société

Ne pétez pas un câble, Taihia est là !

Publié le 8 mai 2020

Taihia Maitere, 36 ans. Vous l’avez sans doute déjà croisé dans le monde du jujitsu aux côtés de Dany Gérard, mais Hommes de Polynésie a voulu en savoir plus sur lui. D’où vient-il ? À quoi ressemblent ses journées dans la vie active ? Et, d’ailleurs, que fait-il dans la vie ?

Le sport pour se construire

Taihia grandit à Faa’a avec ses parents, Brigitte et Charlie, qui sont de grands sportifs.

« Ma mère a été capitaine de la sélection de Tahiti pendant plus de trente ans, et mon père champion de boxe, puis organisateur de courses de pirogues. »

Il débute dans le basketball, discipline qu’il pratique jusqu’à 26 ans, après avoir remporté une médaille aux jeux du Pacifique en 2007.

« En 2009, je reprends la gestion du club Tahitian Top Team avec mon ami Dany. Nous donnons des cours ensemble. »

Il est accro au sport depuis très jeune. Impossible de s’en passer « et je deviens exécrable si je n’en fais pas ! »

« J’ai commencé le jujitsu pendant ma formation câble sous-marin. »

L’office des postes et télécommunications

« Le matin, je suis heureux de partir au travail. Je retrouve Rodney, mon binôme. »

Taihia entre à l’OPT il y a quinze ans comme technicien multi système. Il y a trois ans, un poste d’expert télécom se crée. Taihia le décroche en passant le concours interne.

« Cela va faire quinze ans maintenant que je suis dans la boîte. »

L’expert télécom assiste et conseille les équipes dans la mise en œuvre de solutions techniques sur tout ou partie d’un projet qui relève de son domaine d’expertise au sein de son groupe.

« On vérifie tout ce qui s’est produit durant la nuit au niveau des réseaux et des graphes, parce qu’on s’occupe de tout ce qui est infrastructure télécom en Polynésie française. Donc on observe s’il n’y a pas d’îles isolées ou des quartiers qui n’ont plus de téléphone ou d’internet. »

Il intervient également dans l’analyse des propositions reçues des fournisseurs dans le cadre des appels d’offres, apporte son assistance pour la mise en œuvre de solutions techniques des systèmes d’exploitation et applicatifs réseaux.

« Après avoir vérifié l’état du réseau, on vérifie les tickets en cours et nous essayons de les dispatcher auprès des différentes équipes. »

Enrichissement et innovation

« C’est un métier très intéressant, et l’ambiance avec l’équipe est super agréable. »

Taihia se plait dans un quotidien professionnel où la routine n’a pas sa place. Il est sans cesse exposé à de nouveaux projets, tel que le câble sous-marin dans lequel il s’investit avec beaucoup d’entrain.

« Il y a deux ans, nous avons démarré le projet câble sous-marin, et nous arrivons au deuxième. »

Ce projet câble sous-marin, Natitua (qui signifie « lien en haute mer »), relie Tahiti à vingt îles des archipels des Marquises et des Tuamotu depuis fin 2018, pour se substituer aux liaisons satellitaires « qui offraient des délais d’attente et des débits vraiment pas fameux ».

« Grâce à Natitua, les habitants qui se trouvent à Manihi ou aux Marquises peuvent avoir le même débit que ceux vivant à Papeete. »

Ce projet révolutionne le rapport à internet des habitants des îles éloignées.

« Le deuxième projet nous permettra de sécuriser le premier câble qui part de Tahiti à Hawaii. Et là nous allons au Samoa. »

La mise en service, initialement prévue pour fin juin risque d’être décalée à cause de la crise sanitaire actuelle. Mais les projets se tiendront et d’autre encore viendront.

« Nous nous occuperons de l’archipel des Australes car c’est pour le moment le seul qui n’a pas encore de consommation. »

« Il ne sait rien celui qui sait également tout »

Cette citation de Varron, Taihia s’y réfère régulièrement.

« Il ne faut pas croire que l’on comprend tout du premier coup. On n’est pas doté d’une connaissance absolue. Lorsque j’échange avec différents collaborateurs, que ce soient les personnes des lignes, les clients, les techniciens, etc. j’apprends, et vice versa. »

Taihia ne cesse de s’instruire sur l’actualité mondiale, la technologie et de nombreux autres domaines. Il lit également beaucoup d’ouvrages techniques, afin de se perfectionner dans un domaine en constante évolution.

« J’aime travailler dans un environnement où l’on découvre sans arrêt de nouvelles technologies. Rien n’est figé, je ne suis pas dans la routine. L’Office des Postes et Télécommunications est toujours dans l’innovation. »

Depuis la réorganisation du Groupe OPT et la création de ses filiales ONATi et Fare Rata, beaucoup de choses ont évolué. 

Mais ce qui compte pour Taihia, c’est que la clientèle soit satisfaite.

« Je trouve que ce que nous faisons pour la population est vraiment super. C’est de la sécurité civile quelque part, car les gens ont besoin de communiquer. Les communications deviennent de plus en plus rapides. C’est ça qui est intéressant, et valorisant pour notre boîte. »

Grâce à des années d’expériences dans les télécoms, l’OPT se positionne en tête de liste face à la concurrence.

« Nous sommes présents sur la moindre petite île. Grâce à nous, ils ont le téléphone. C’est vraiment gratifiant de pouvoir offrir cela. »

Plus d'informations

Vainui Moreno
Rédactrice web

© Photos : Tahitian Top Team – Megazap – Vainui Moreno

Partagez Maintenant !