Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Société

Hilton IE, un sage enseignant !

Publié le 21 septembre 2018

Et si une rencontre, une seule pouvait à jamais changer votre regard sur la vie ! C’est ce qui s’est passé pour Hilton IE. 20 ans que l’enseignant comédien et chanteur ne jure que par l’humain. Hommes de Polynésie vous raconte sa nouvelle rencontre.

« Je suis polynésien et je veux que mon peuple accède à quelque chose de plus qu’il a. »

“Ia vai noa te here o to tatou ‘ai’a i roto i te mafatu. A tae ho’i e, te vai hoa ra hô’ê mahana e tapae hoa te pahi.” Hilton

UNE ENFANCE CHAOTIQUE

« Etre né à Tahiti » est synonyme de chance pour certains. Pour d’autres, ce concept est erroné.  Hilton IE a connu les deux versions. Né dans une famille monoparentale, il grandi tant bien que mal au milieu d’une fratrie de 5 enfants. 

« J’étais à Arue dans une situation très précaire dès le départ, je n’avais pas beaucoup les moyens, c’était chaotique, je me suis dit qu’il ne faut pas que je reste là, qu’il faut que j’évolue ! »

Sa détermination à vouloir s’en sortir s’est affirmée à l’école. Bon élève, il est remarqué par Hélène VERRY-RICHECOEUR. Première militante de la cause féminine nommée conseillère municipale à Arue avec pour mission : l’action sociale. 

« Elle était médecin et je lui avais dit que je voulais moi aussi devenir médecin. Elle a proposé de devenir ma marraine et a financé une partie de ma scolarité. Elle m’a envoyé en Nouvelle Zélande pendant 6 semaines dans le cadre d’échanges linguistiques. Ça m’a beaucoup touché. Cela m’a permis de m’ouvrir. Son décès m’a beaucoup affecté »

CHANTER POUR SE LIBERER

Il poursuit son petit bonhomme de chemin sans dévier de sa trajectoire. Sauf qu’Hilton est un artiste dans l’âme. Il adore composer, le théâtre, la musique, le film, la peinture, tout ce qui est artistique. Inspiré par l’amour, il écrit ses premières compositions à 15 ans.

« Quand tu rencontres ta dulcinée et que tu veux lui dire ton amour, ça commence par-là, et puis viennent des passions plus d’adulte, tout ce qui se trouve sur le fenua comme :  la misère, le chômage, le suicide, des choses qui sont préoccupantes, que les gens taisent et qui ne veulent pas admettre que ça existe ici en Polynésie. Mais quand j’étais au lycée, j’ai eu un ami qui s’est suicidé ! Ça m’a marqué et ça m’a poussé à composer »

Il réussit à mettre des notes sur la douleur. Cependant l’exercice n’a pas été libérateur. Les gens ne partagent pas, n’en parlent pas…  

« J’ai toujours eu comme crédo de parler des choses, même si profondément c’était très difficile, je le fais pour mon fils, qui a 18 ans aujourd’hui. On a toujours discuté de tout, c’est important tout simplement parce que j’ai envie qu’il se sente bien, qu’il n’ait pas honte, qu’il ait confiance en nous ses parents. Ça blesse tant pis, ça réconforte tant mieux, ça fait toujours évoluer. »

un metier : L'ENSEIGNEMENT

L’évolution…son cheval de bataille.

« Toute société qui se reconnait en tant que telle, peut évoluer et donc peut se donner les moyens de cette évolution à commencer par l’éducation qui est la base de toutes sociétés. On forme nos citoyens et c’est eux qui vont porter la Polynésie beaucoup plus loin. Je suis polynésien et je veux que mon peuple accède à quelque chose de plus qu’il a. »

Rester cohérent avec ses principes, une affaire de tous les jours. Et cela commence à l’école. Enseignant à Faa’a il recourt à une méthode qui s’apparente à celle de Montessori.

« Avec moi ils font du théâtre, de la danse, de la musique. L’Education c’est le partage avant tout, si on ne donne pas, on ne reçoit rien en échange surtout de la part des élèves, c’est un matériau humain que l’on peut façonner mais en même temps qu’on peut détruire si l’on ne fait pas les bonnes choses. Je m’adresse à mes élèves de manière bienveillante, c’est le maître mot de l’éducation, les mettre en confiance et ensuite valoriser leur réussite. »

L’an dernier il voit passer dans sa classe une petite fille à la dérive. Il va batailler avec elle 9 mois durant avec à la clé, la promesse d’une belle récompense.

« Cette confiance qu’elle a eue lui a permis de changer, je lui ai dit et je lui ai promis qu’elle se transformera en cendrillon et on a réussi ensemble. Aujourd’hui elle est en CE2 et le corps enseignant est admiratif de ses progrès. »

LA SCENE : UN PARTAGE

Hilton troquera sa tenue d’enseignant contre celle de comédien le temps d’une pièce en octobre : « Lady’s Night ». L’élève de Christine BENNETT jouera avec la compagnie Champagne, des idées qui pétillent ! Il nous confie enfin que sa plus grande joie sur scène est de partager avec les autres comédiens et les spectateurs !

« Ressentir l’euphorie lorsque tu es sur scène, que quand tu échanges ce n’est plus dire le texte, c’est vraiment être le personnage et réagir en fonction de ce que l’autre te dit…c’est aussi quand les spectateurs sont là en train d’applaudir, et se disent c’est déjà l’heure, c’est déjà fini ! Ça c’est magnifique ! »

Jeanne PHANARITOIS
Rédactrice web

© Photos : Hilton IE

Partagez Maintenant !