Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Évasion

Nick Da Freak, l’oiseau voyageur de la trap music

Publié le 30 juillet 2020

Plus connu sous son nom d’artiste Nick da freak, ce jeune trentenaire  né au Maroc met en rythme les polynésiens à travers sa musique. Toujours derrière ses platines, il a également développé d’autres activités et présente son EP. Hommes de Polynésie est allé à la rencontre de cet épicurien qui nage en pleine coolitude.

La découverte

Nicolas est né en 1983 à Casablanca, au Maroc. Quelques jours après, le voilà déjà dans l’avion pour Tubuai.

« On s’est installé chez ma grand-mère, qui était prof de sport au collège de Tubuai à l’époque. »

Un an plus tard, ils partent à Tahiti où Nicolas grandit principalement et voyage en parallèle.

« On bougeait beaucoup. En CM2 j’ai visité 4 pays différents. »

L’adolescence pose le socle de ses goûts, mais est aussi une période d’expérimentations.

"La Polynésie est ma maison, un paradis sur terre."

À 18 ans, il part à Los Angeles…

« J’y ai suivi des études de communication, et j’étais en coloc avec 4 DJ, chacun avec son propre style. »

Le voici propulsé dans un monde musical où s’entremêlent les bons sons.

« Du coup je bidouille, je commence à kiffer le truc… »

Il rencontre Stevie Wonder, le multi-instrumentiste surdoué, et Madlib – un vrai schizophrène de la musique.

À 25 ans, il continue sa ballade sonore à Tahiti et donne naissance à Nick Da Freak, muni de ses platines vinyles.

« C’est un surnom qui vient d’un de mes coloc à Los Angeles. Il y a 2 connotations : la première car je suis né en Afrique, et la deuxième car je suis toujours plus énervé que les autres. »

Il commence à mixer à partir de 2012.

Quand il n’est pas DJ, il est commercial. Un métier qui lui permet de visiter plusieurs îles.

« J’ai eu la chance de visiter presque toutes les îles de la Polynésie. Je les ai faites et refaites dans les 5 archipels, et c’est toujours aussi beau. »

L’occasion de faire des vidéos et photos qu’il utilise pour ses flyers.

« Tous mes visuels sont réalisés par un ami graphiste du Maroc. Les îles de la Polynésie y sont représentées. »

De Fatuhiva à Moorea en passant par Raivavae, Fakarava et Huahine, sa passion pour le son brille toujours de mille feux.

« Je suis très éclectique. Je joue de tout, mais ma base c’est le hip hop et la trap. Je suis connu pour être l’un des premiers à avoir emmené ce style à Tahiti, et au Maroc aussi. »

En 2014, il touche au but : les repères. Destination le Maroc, où il devient directeur musical au Cabestan1 et directeur artistique à l’Oncle Blend2. L’épisode dure 3 ans.

« J’ai rencontré Shayfeen3 avec qui je tournais au Maroc. On a réalisé quelques vidéos, dont une à l’Oncle Blend que j’ai produit. »

L’année 2016 arrive à son terme et Nico a besoin de se ressourcer au fenua.

Un avenir prometteur

Nick Da Freak est de retour sur la scène Polynésienne en mode freestyle avec une belle montée en puissance, et heureux de voir que les jeunes se lancent dans le domaine.

« En producteurs locaux, j’aime beaucoup Nasty, Mackom, Anoma, DZR… ils sont bons dans ce qu’ils font. J’apprécie leur son, mais s’ils veulent percer et vivre de cette passion, ils doivent voyager. »

« Tahiti, même si ça a changé, est toujours authentique. Dans les îles ça l’est toujours. Les gens ont le cœur sur la main. »

 

Ambiancée. Voilà une des caractéristiques de leur musique. Ils tropicalisent à la tahitienne le moombahton, un reggaeton électronique.

« Ce style peut les porter ailleurs, et c’est ce que je leur souhaite. Il faudrait des labels en Polynésie car c’est en train d’exploser ! »

En gros, on sent que tout le monde s’enjaille et on en redemande.

« Car c’est de la musique qui fait du bien au cœur, non ? La musique du soleil quoi ! Mais pas trop kitch quoi ! »

Pour sa part, pendant le confinement, Nico a pris le temps de bosser sur son EP – un petit bijou qui devrait sortir très prochainement. On vous laisse la « surprise » …

« Il y a un cargo qui dessert les Tuamotu de l’ouest, qui fait 14 atolls en 10 jours et qui s’appelle le Mareva Nui. Je l’ai pris en tout, 8 fois dans ma vie dans le cadre du boulot et pour le trip. Il y a un mirage qui est permanent : le ciel ne fait qu’un avec la mer, c’est ça les Tuamotu pour moi. »

Il y a 2 ans, il commence une nouvelle aventure. Avec son meilleur ami, Maxime Le Bigre, producteur à Sydney, ils tentent d’immortaliser cette beauté, et celle de ses habitants, dans un documentaire qui tourne actuellement sur Polynésie la première : « Je suis Paumotu ».

1 Le Cabestan

2 Oncle Blend

3 Shayfeen : le groupe le plus populaire du Maroc

Plus d'informations

V.M
Rédactrice web

© Photos : Nick Da Freak – V.M

Partagez Maintenant !