Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • ERHARD LUX: VIE D’ART ET D’AVENTURE

Art & Culture

Manutea Chartiez : un tatoueur passionné d’art marquisien

Publié le 12 mars 2021

Après s’être cherché pendant plusieurs années, Manutea Chartiez s’épanouit désormais en faisant de sa passion du tatouage un métier. Fervent adepte du Patutiki, celui-ci s’inspire sans cesse de cet art du tatouage marquisien. Manutea se confie à Hommes de Polynésie pour retracer son parcours et nous faire entrer dans cet univers.

A la recherche de sa voie

Né il y a 37 ans, Manutea a fait ses premières années de scolarité à Arue, de l’école maternelle à l’école élémentaire. Il s’installe ensuite à Nuku Hiva avec sa mère, d’origine marquisienne, pour retourner aux sources. Il poursuit alors sa scolarité au collège de Taiohae. A l’âge de 15 ans, il s’inscrit au Lycée Polyvalent du Taaone où il obtient son baccalauréat en sciences économiques et sociales en 1999 ainsi qu’un BTS Action Commerciale en 2001. Manutea entre ensuite dans la vie professionnelle en enchaînant des postes d’agent commercial dans plusieurs sociétés. En 2003, il devient steward au sein de la compagnie Air Tahiti Nui. Mais durant ses moments libres, il s’adonne à sa passion en tatouant des amis. Il le fait par exemple durant les escales des trajets aériens dans sa chambre d’hôtel. 

« J’ai fait du tatouage ma passion au moment où je me suis intéressé au Patutiki (Art du tatouage marquisien). Avant cela, je me cherchais. Je savais que l’art était quelque chose que j’aimais bien. Mais je n’étais pas sûr d’avoir les capacités pour en faire un métier. Je me suis posé plein de questions. »

Lancement de sa carrière de tatoueur

Bien que le métier de steward l’ait enrichi à plusieurs niveaux, il profite d’un plan de départ volontaire de la compagnie au tiare pour quitter son poste et commencer son aventure dans le tatouage. Après avoir travaillé pendant une année dans un salon de tatouage auprès d’un professionnel reconnu, il décide de s’inscrire au Centre des Métiers d’Arts et obtient son diplôme trois ans plus tard dans la spécialité « sculpture sur bois ».

« Je me suis rendu compte que la qualité de mes dessins n’était pas satisfaisante et que j’avais besoin d’avoir des bases solides dans les arts. J’ai finalement beaucoup appris au Centre des Métiers d’Art. On nous a donné des enseignements sur les cinq archipels de la Polynésie Française : la sculpture, le tatouage, le tressage, la gravure, etc… Cela nous apporte une bonne base de données pour créer tous les jours. »

Manutea travaille auprès d’un autre tatoueur-sculpteur renommé du fenua dans un salon à Mamao. Il reconnaît avoir fait des progrès considérables dans le tatouage auprès de son mentor. Mais lassé par les trajets maritimes entre Moorea et Tahiti, il décide 3 ans plus tard d’ouvrir son propre salon à Mahararepa. Il fait désormais le bonheur de tous les habitants de l’île sœur qui désirent se faire tatouer.

Un fervent adepte du Patutiki

Bien qu’il puisse travailler sur différents motifs polynésiens ou internationaux, Manutea se spécialise dans le Patutiki, un art du tatouage des îles Marquises dans lequel il se retrouve totalement de par ses origines marquisiennes.

« C’est ce qui me passionne le plus. Jusqu’aujourd’hui, je concentre tous mes efforts pour étudier et comprendre le Patutiki. Il y a une dimension qui est vraiment vaste. Ce n’est pas juste des symboles. Mais il y a tout un univers derrière qui montre comment les anciens vivaient auparavant. »

Pour approfondir ses connaissances, celui-ci lit des livres, va à la rencontre d’anciens tatoueurs, assiste à des séminaires et échange ses points de vue avec d’autres adeptes du Patutiki. Manutea s’inspire de la nature en faisant notamment le parallèle entre les éléments naturels et tout ce qu’il apprend dans l’art du tatouage. Il analyse aussi les motifs des différentes sculptures.

« Ce qui est intéressant dans le Patutiki, c’est qu’il y a énormément de significations sur tout ce qui est vivant comme les humains, les plantes ou encore les animaux. Mais cela est aussi valable pour tout ce qui n’est pas palpable comme cette notion des ancêtres qui s’envolent vers le ciel et qui reviennent pour nous guider. »

Pour Manutea, le Patutiki est la représentation de l’image des tiki dans les tatouages. A partir des motifs, on pourrait par exemple composer et décomposer un visage à l’infini. Ainsi, les sourcils du tiki peuvent être représentés par une raie manta. Pour en savoir plus, il donne rendez-vous aux personnes intéressées dans son salon à Maharepa. Son projet est néanmoins d’ouvrir prochainement un nouveau salon à Vaiare en bord de mer afin de rester en symbiose avec la nature.

Toatane Rurua
Rédacteur web

© Photos : Toatane Rurua pour Hommes de Polynésie

pour plus de renseignements

Zuckoo

Facebook

Partagez Maintenant !

Hommes de Polynésie Instagram

 

Hommes de Polynésie Instagram

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir du contenu de qualité

* En cliquant sur VALIDER, nous attestons que l'adresse mail ne sera utilisée que pour diffuser notre newsletter et que vous pourrez à tout moment annuler votre abonnement.