Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

  • Manarii, chanteur-guitariste charismatique de Maro’ura
    Manarii, chanteur-guitariste charismatique de Maro’ura

Art & Culture

Firmin, artiste-sculpteur marquisien de Tahuata

Firmin, artiste-sculpteur marquisien de Tahuata

Publié le 27 juin 2018

Firmin Timau, ancien menuisier et chef de chantier, est un artiste qui travaille le bois et l’os dans la plus pure tradition marquisienne. Grâce à la transmission via son père et son grand-père, Firmin est capable de produire des objets aussi variés qu’un ukulele traditionnel, des boucles d’oreilles, des coupe-papier ou des tikis. Hommes de Polynésie s’est invité dans sa caverne d’Ali Baba à Punaauia remplie d’œuvres d’arts et de créations uniques. 

De bois et d'os

Firmin est un magicien. À partir de bois de rose et de tou (équivalent à l’ébène) ou de bouts d’os (cochons, cheval, bœuf, dents de cachalots), il produit des œuvres d’art dans la tradition marquisienne. À force de travail et grâce à l’acquisition d’un savoir-faire ancestral, Il parvient à transformer et sublimer des matériaux bruts.

« Le plus dur, c’est le travail sur le bois. L’os est paradoxalement plus malléable et obéit mieux au geste du sculpteur. Je vais chercher l’inspiration dans les livres anciens sur le savoir marquisien. Je produis des pièces uniques en innovant aussi en parvenant à intégrant bois et os. »

Firmin a travaillé longtemps dans les chantiers notamment en charge de la finition et de la menuiserie. En 2010, la société fait faillite. Il décide alors de se lancer dans l’artisanat à son compte. C’est une force de travail et il ne s’arrête jamais vraiment de travailler même pendant les quelques minutes de l’interview.

« Ce que je préfère faire, c’est les Tikis. C’est un symbole de protection, il y a une puissance qui se dégage de cet objet et cela représente quelque chose de particulier pour nous, Polynésiens. C’est notre culture, on a ça dans le sang. Ça ne doit pas se perdre. »

Une tradition familiale qui se transmet de père en fils

Firmin a appris en regardant respectueusement son père tailler le bois. Il a réussi à apprendre par lui-même à maîtriser la gravure sur l’os.

« La transmission du savoir-faire est centrale. Mon fils étudie la menuiserie et je suis fier de savoir qu’il est le meilleur de sa classe. Il faudrait que les jeunes prennent conscience de l’importance de la préservation de notre savoir-faire, surtout à l’ère d’internet. »

En plus de ses talents d’artiste, Firmin aime discuter avec ses clients qu’ils soient locaux, métropolitains ou étrangers. Avec son œil rieur et bienveillant, force est de constater qu’il est très doué pour donner envie d’acheter ses produits. 

« Même avec mes quelques mots d’anglais, je vends pas mal aux Américains. J’aime parler et échanger sur les objets que je produis. »

Plus d'informations

Sur la page Facebook de Firmin et au 87 72 35 73

G. C.
Rédacteur web

© Photos : G. C.

Partagez Maintenant !