Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Société

Alexandre le bienheureux!

Publié le 28 décembre 2019

Comment vivre en communauté dans une société hyperconnectée, quand on est formaté autrement ? Pour répondre à cette problématique, certains se déconditionnent pour se recréer et vivre en cohérence avec sa nature. En Polynésie, il y en a qui cocréent, en mettant leurs idées en commun et en respectant leurs différences. En clair, pour vivre heureux, Alexandre a donné sa vision à Hommes de Polynésie.

Globe-entrepreneur

Pontault Combault. Cela sonne exotique, mais se trouve pourtant en région parisienne. C’est là qu’Alexandre voit le jour. Un univers d’enfant partagé entre le sud Maximois de son père et la banlieue de Seine et Marne de sa mère, qui le fera mûrir de façon précoce.

“Mes parents m’ont donné l’occasion d’être autonome très jeune. A 15 ans je travaillais en parallèle de mes études.”

Ses premiers jobs vont du bâtiment à la restauration, en passant par la vente, ou encore la gestion d’une immense ferme en Australie, dont la taille fait le double de la superficie de Tahiti.

“Ce milieu désertique m’a permis de ressentir le bonheur.”

Se déconditionner pour se recréer.

Puis il part s’installer en Martinique, où, après plusieurs mois au contact de la nature, il lâche prise et chemine ailleurs. Au bout de 3 ans et demi, il entame un voyage de 7 ans dans différents pays.

« En Colombie, j’ai cocréé avec Andréa le Projet Casita Aloe Colombia (1) sur l’expérience du concept Villa Mahia (2), une résidence de luxe de 15 villas en éco construction avec un design en permaculture. En Guadeloupe un responsable du patrimoine antillais m’initie à la géobiologie et à la charpente. »

Riche de compétences et après de nombreux allers et retours vers l’Amérique Latine, Alexandre s’ancre dans une démarche d’évolution bienveillante. Il opte pour un déconditionnement et se déleste de tout son bagage socio-culturel.

« J’ai vu les limites du système qu’on nous vend à l’école et à la télé, et je préfère un autre paradigme : Arrêter de mettre les gens dans des cases pour les accompagner à découvrir qui ils sont. Ce n’est pas nouveau, c’est le « qui suis-je » de Socrate, le Tao de Lao Tseu. »

Désormais patenté, il œuvre en « Cohérence », du nom de son entreprise, pour accompagner les gens qui le souhaitent à cocréer leurs rêves.

« Mon but est d’accompagner ceux qui le souhaitent à vivre une aventure commune dans cette redécouverte de soi avec des outils comme la permaculture, l’éco construction, la communication bienveillante. Il est nécessaire de se déconditionner pour se recréer. »

Le Perma-numérique

Homme d’action, Alexandre offre ses services dans la réalisation de projets éco-responsables, comme sur les hauteurs de la Résidence O’viri à Mahina, à la petite ferme du Tahara’a, où Philippe et sa compagne Vaiana cultivent et transforment les fruits et légumes en produits faits maison. Toujours à Mahina, il travaille sur l’aménagement d’un fa’apu chez un couple, en prévision d’une autonomie alimentaire. Et plus récemment, c’est un projet d’envergure qui le motive : la création d’un Eco lieu harmonieux, autonome, durable et reproductif, qui offrirait un habitat à plusieurs familles dans un milieu rural et en éco-construction traditionnelle et éthique.

« La permaculture c’est vivre en harmonie avec le tout. Le numérique peut aider. Cela nous permet de gagner en visibilité, de regrouper les personnes dans la même dynamique, d’en faire un lieu d’apprentissage et de partage. »

Plus d’infos :

1 Facebook Casita Aloe Colombia

2 Facebook : Villa Mahia

Grupo Kodama

Jeanne Phanariotis
Rédactrice web

© Photos : Alexandre Lestoquoit

Partagez Maintenant !