Site de Femmes de Polynésie Hommes de Polynésie

Je passe
d'un site à l'autre

Évasion

Peter Ringland, un cœur amarré au Pacifique

Publié le 14 février 2020

Qui n’aime pas les histoires d’amour ? Et à plus forte raison quand elles sont vraies ! Saint Valentin oblige, Hommes de Polynésie s’est donc donné pour défi de dénicher la perle rare. Et ce récit nous l’avons trouvé sur l’île sœur, c’est celui de Peter Ringland. Loin de son Kitchner natal, c’est à Moorea que ce loup de mer tombe sur la plus belle des perles polynésiennes, voici comment.

Chapitre 1 : Robert Hamilton Dickson

Peter ne laisse personne indifférent, tant il impose le respect. Et lorsqu’il se met à parler, on ne peut qu’écouter cet homme au caractère hérité de son illustre grand-père, Robert Hamilton Dickson, sa première figure paternelle.

« Il y a beaucoup de livres qui parlent de mon grand-père. C’était un grand personnage. »

Il se remémore cette grande demeure de plus d’une centaine de portes où il a grandi. Un bâtiment de 4 étages posé au milieu de 18 hectares. Il se rappelle ce trône de pierres construit en pleine forêt. Sa mère s’y asseyait pour lui raconter des histoires. C’était avant qu’elle n’épouse en deuxièmes noces un Allemand.

« Un homme exceptionnel, mais ça, c’est une autre histoire »

Chapitre 2 : Vietnam

C’est pourtant chez son père qu’il se rend à 16 ans. Peter quitte le Canada pour les Etats-Unis, avant de répondre à ses obligations militaires…au Vietnam. 

« Je me rappelle que quand j’étais dans le train, je me disais que je n’étais qu’un petit Canadien en route vers un pays totalement étranger et j’ai pensé “Ça y est, c’est le chapitre 2 de ma vie”.

1975, Peter est à Hawaii. Il est l’acquéreur d’un bateau construit à New York et vieux de 27 ans baptisé « The seer ». Il largue les amarres après 3 ans de carénage et met le cap un peu par hasard sur Tahiti. 

« La destination de départ était les Bahamas, dans les îles Bimini à la recherche de la fontaine de jouvence de Ponce de Leon. Mais nous étions en période cyclonique et notre compagnie d’assurance ne prenait rien en charge dans le secteur à ce moment-là. Alors le capitaine a proposé Tahiti qu’il avait déjà visité auparavant. »

Chapitre 3 : le jardin d’Eden

Après 24 jours de mer, le « The seer » entre en eaux polynésiennes. A terre, Peter fait la rencontre de Rodo Williams. Ce descendant de sang royal de Bora Bora connait la zone comme sa poche pour l’avoir sillonnée à bord du Hokule’a1. Ils navigueront ensemble pendant 5 ans.

« Je suis tombé amoureux de la Polynésie car elle est un peu comme Hawaii dans les années 60. J’ai été charmé par la culture et la solidarité. J’avais trouvé le jardin d’Eden d’une autre époque. »

Arrive Jacques Bey-Rozet, moniteur de plongée de renom. Ils collaborent 4 ans sur un projet de charter dont Peter garde des images sous-marines fortes. Et plus forte encore, sa rencontre avec Henriette Villierme, dit Kiki, une institutrice parlant couramment anglais. 

« Nous nous sommes vus dans un nightclub, mais c’est seulement le lendemain, sur le bateau, que j’ai pu faire sa connaissance. Je l’ai invité à se joindre à nous dans les îles. Nous avons nagé dans un océan de pure romance pendant 2 ans avant que je l’épouse. »

Chapitre 4 : 200 ans d’histoire au doigt

C’est un genou à terre au bord de l’eau, à Vancouver que Peter lui fait sa demande. Henriette attrape le bijou le lance dans sa coupe de champagne et lui répond « absolument oui ! »

« Nous venons de deux cultures différentes et ça me plait, car j’ai plaisir, jusqu’à ce jour encore, de la découvrir. C’est toujours une belle aventure. »

Le vendredi 13 décembre 1980, Henriette devient madame Ringland et son couple reçoit le nom de « Pai Moana » des sages de la famille. 7 ans plus tard, le produit de la vente du « The seer » est investi dans la perle. Une première boutique ouvre en 1995, mais ça c’est une autre histoire.

« Je dis toujours à mes enfants que la vie est une aventure et qu’il faut la vivre pleinement. Vous êtes maître de vous-même et vous pourrez tout affronter si vous avez du courage et de l’imagination. »

1 grande pirogue double célèbre pour avoir réalisé en mai-juin 1976 un voyage de 5 370 kilomètres sans instrument de navigation entre Hawaï et Tahiti.

Vainui Moreno

Rédactrice Web

© Crédits : Vainui Moreno pour Hommes de Polynésie et Vaea Ringland – Facebook

Partagez Maintenant !